Viscères de Mo Hayder

9782258092396FSQue seriez-vous prêt à faire pour découvrir ce qui est arrivé à votre frère, disparu depuis plus de 30 ans ? L’inspecteur Jack Caffery a décidé d’accepter le défi d’un vieux maraudeur qui prétend pouvoir lui fournir des informations. Mais, en échange, il doit retrouver les maîtres d’une chienne perdue avec pour seul indice un collier avec l’inscription « Aidez-nous ».

Ce message, c’est Matilda Anchor-Ferrers qui l’a écrit avant de lancer sa chienne par une ancienne cheminée d’évacuation. La veille, deux individus ont pénétré chez elle et s’amusent depuis à les torturer elle, son mari Oliver et leur fille Lucia. Qui sont-ils ? Pour quoi ont-ils choisi les Anchor-Ferrers  ? Pour cette famille, c’est un vieux cauchemar qui reprend vie.

Pour Oliver, spécialiste en sécurité et en armement, il doit y avoir une raison plus personnelle à toute cette haine. Il soupçonne un lien avec le double meurtre qui a eu lieu 15 ans plus tôt dans les bois derrière leur jardin, mais c’est impossible car l’assassin est toujours en prison. Enfin, c’est ce qu’il croit… De son côté, Jack Caffery sillonne la région à la recherche de personnes qui reconnaîtraient son nouveau compagnon canin ou la bague de fiançailles mystérieusement retrouvée dans son estomac.

Viscères, tout en étant très intéressant, reste un thriller assez classique dans sa construction et ne révolutionne pas le genre. On suit avec attention l’évolution du comportement de Lucia, Matilda et Oliver face aux agresseurs : entre soumission, révolte et réflexion. Le hic, c’est qu’on n’arrive pas à s’attacher aux personnages. Moi qui suis généralement une lectrice très sujette à l’empathie, j’ai eu beaucoup de mal à ressentir une quelconque sympathie pour les Anchor-Ferrers et ce malgré l’horreur qu’ils traversent. C’est moins le cas de l’inspecteur Jack Caffery dont l’histoire personnelle est très touchante.

Enfin, la raison qui pousse le cerveau de cette machination à persécuter cette famille est pour moi quelque peu… légère. Je suis restée très perplexe face à l’explication qui nous est donnée par l’auteur. Résultat : j’ai été surprise par la fin que je n’ai pas vu venir, ou en tout cas pas dans son entièreté, mais pas pour les bonnes raisons.

Mo Hayder, Viscères, Presses de la Cité, 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s