Nous allons mourir ce soir de Gillian Flynn

Cette nouvelle débute avec la mise à la retraite forcée de notre héroïne. Cette ancienne travailleuse du sexe, spécialisée en branlette, se voit dans l’obligation de se reconvertir dans la voyance. La faute à une vilaine tendinite. Il faut dire que des années à décrypter les envies et réactions des hommes l’ont prédisposée à devenir diseuse de bonne aventure. C’est un travail facile, il suffit de dire aux clientes ce qu’elles veulent entendre, et elles ouvrent illico leur portefeuille.

Mais la demande de Susan Burke va surprendre notre apprentie voyante. Celle-ci a besoin de son aide pour sauver Miles, son beau-fils, qui semble possédé depuis que sa famille s’est installé au Carterhook Manor.

Lire la suite

Block 46 de Johana Gustawsson

« Le gars du train avait raison. C’était bien l’enfer qui les attendait au bout de ce long voyage. Mais un enfer organisé. »

Buchenwald, 1944. Erich débarque dans l’un des camps de concentration les plus tristement célèbres de l’Allemagne nazie. Buchenwald dépasse tout ce qu’il avait pu imaginer, c’est un véritable cauchemar éveillé dont on n’échappe jamais. Chaque jour est un pas de plus vers la déshumanisation totale des détenus, mais l’envie de survivre persiste, férocement ancrée dans leurs chaires. L’espoir se présente alors sous la forme du docteur qui réclame notre ancien interne en médecine pour le block 46. On dit qu’il s’y passe des choses à la limite de l’horreur, mais si cela lui permet de survivre une journée de plus, Erich est prêt à tout.

Lire la suite

Josephine Baker de Catel et Bocquet

 Cette nouvelle biographie du duo Catel et Bocquet est une surprise totale. Surprise d’abord de découvrir une vie si riche. Je ne connaissais finalement de Joséphine Baker que les clichés que l’on véhicule encore aujourd’hui. Et pourtant, elle a successivement été une figure de l’émancipation féminine, de la lutte contre la ségrégation raciale, de la protection de l’enfance et de l’humanisme en général. Une vie bien remplie que les auteurs ont tenté de résumer en 564 pages, un véritable pari.

Les auteurs nous invitent à (re)découvrir une femme qui a su se créer un univers bien à elle et devenir, en quelques années, la première star noire au niveau mondial.

Lire la suite

La chambre des Morts de Franck Thilliez

Il faut l’admettre, je n’avais pas été tout à fait convaincue par mon premier Thilliez, Train d’enfer pour ange rouge. Une écriture intéressante mais une fin que j’ai trouvé trop prévisible. Rassurez-vous, La chambre des Morts change la donne.

Lorsque Vigo et Sylvain, deux informaticiens récemment licenciés, décident de taguer la façade de leur ancien employeur, ils ne s’attendaient pas à vivre la nuit la plus éprouvante de leurs vies. Après avoir fracassé par accident le crâne d’un inconnu avec leur voiture, ils prennent la décision d’abandonner le corps dans les marais et de le soulager de sa valise, renfermant des millions d’euros. Le lendemain, le corps de la petite Mélodie est retrouvé à quelques mètres de là.

Lire la suite

L’avocat, le nain et la princesse masquée de Paul Colize

ob_12cf46_l-avocat-le-nain-et-la-princesse-masqAprès une nuit pour le moins tumultueuse passée en compagnie de la top modèle Nolwenn Blackwell, Hugues Tonnon se réveille la mémoire embrouillée et la police à sa porte. Nolwenn a été assassinée durant la nuit et il est la dernière personne à l’avoir vue en vie.

Hugues est avocat, il connaît ses chances dans ce genre de procès où l’amant d’un soir est souvent pointé du doigt. Et, face à un enquêteur qu’il a en plus plumé lors d’un divorce où il défendait l’épouse indignée, il décide rapidement de mener lui-même l’enquête. Ses seuls indices : plusieurs ex-petits amis aussi dingues les uns que les autres et un journal sud-africain qu’il se souvient avoir aperçu dans le salon de Nolwenn.

Lire la suite

Il reste la poussière de Sandrine Collette

Dans une vieille estancia des steppes de Patagonie, une famille tente de maintenir son petit élevage familial à l’aube des grands domaines d’exploitation. Dans un monde inhospitalier où l’on survit plus que l’on ne vit, Sandrine Collette dresse le portrait acerbe d’une mère et de ses quatre fils.

Un équilibre précaire basé sur la peur maintient les garçons sous le joug de cette mère qui les élève comme on dresse des animaux juste bons au travail : en faisant abstraction des sentiments. Mais un jour, pressée par les dettes qui s’accumulent, la mère prend une décision qui changera à jamais la vie de tous les occupants de la ferme.

Lire la suite