Betty Boob de Vero Cazot et Julie Rocheleau

Notre héroïne est à un tournant important de sa vie. En peu de temps, elle a perdu son sein gauche, son mec et son boulot. Mais cette histoire serait bien triste si elle devait s’arrêter là.

Après avoir sacrifié une partie de sa poitrine dans sa lutte contre le cancer, Élisabeth va passer par tous les stades imaginables suite à l’opération : déni, colère, honte, tristesse. Il faut dire que ses seins étaient pour elle le symbole de sa féminité, elle a l’impression d’avoir perdu une partie d’elle-même dans cet hôpital. Et ce n’est pas son homme qui va la contredire, lui qui a tant de mal à s’habituer à ce nouveau corps, au point de la fuir.

Alors voilà, l’amour-propre d’Élisabeth est au fond de ses chaussettes. Et pourtant, lors d’une scène de course-poursuite complètement surréaliste où Élisabeth tente de rattraper sa perruque qui a littéralement pris ses jambes à son cou, elle fait la connaissance d’une troupe de danseuses burlesques. Et soudain, la vie reprend ses droits.

Après s’être emparé d’une nouvelle perruque qui lui vaut le surnom de Betty Boob, Élisabeth va se relever et retrouver sa rage de vivre. Soutenue par cette troupe de danseuses qui va lui prouver que l’amour de soi peut prendre toutes sortes de formes et de couleurs, elle va tant bien que mal se réapproprier son corps. Mais osera-t-elle aller jusqu’au bout et changer le regard des gens sur le cancer ?

Betty Boob s’empare avec beaucoup de justesse et de respect de ce thème épineux en se focalisant surtout sur sa reconstruction en tant que femme plutôt que sur la maladie. Mais en même temps, on ne nous épargne rien, que ce soient les petits échecs, les rêves brisés, les coups de mou, mais aussi les grandes victoires. Vero Cazot et Julie Rocheleau nous offrent des planches plus belles les unes que les autres qui se passent de dialogues pour se concentrer sur l’essentiel : la résilience et l’acceptation de soi.

Pour égayer votre journée, vous pouvez écouter Dans tous mes états, la chanson originale créée pour la BD. Ambiance burlesque assurée !

Vero Cazot et Julie Rocheleau, Betty Boob, Casterman, 2017.

Publicités

Une réflexion sur “Betty Boob de Vero Cazot et Julie Rocheleau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s