Olympe de Gouges de Catel et Bocquet

couv29595742Bien qu’elle ait côtoyé les futurs grands noms de la Révolution française à une époque où les idées progressistes ne manquaient pas, les combats de Olympe de Gouges en faveur de l’égalité des sexes étaient encore bien trop modernes pour ses contemporains.

Notre héroïne est une femme au destin extraordinaire. Femme de lettre engagée, elle n’a eu de cesse de se battre pour les droits de la femme et l’abolition de l’esclavage, au péril de sa propre vie. Malgré cette époque propice aux changements, Olympe comprendra à ses dépens que l’on ne change pas une société basée sur l’injustice aussi facilement.

Olympe de Gouges, née Marie Gouze, a été bercée dans sa jeunesse par la plume de Voltaire, de Rousseau et d’autres philosophes aux idées nouvelles. Mariée jeune à un homme choisit par sa famille, elle se retrouve très rapidement veuve avec un fils, Pierre, né de cette union. Une situation qui va parfaitement lui convenir car le veuvage lui permet de vivre libre sans risque de scandale. Elle aura bien entendu des amants attitrés mais refusera toujours de se remarier.

Vivant à Montauban, elle quittera Paris pour suivre l’un de ses amants et retrouver sa sœur dans la capitale. C’est dans cette ville des Lumières que débutera sa lutte contre les injustices. A base de courage, de conviction et de détermination, elle fera scandale dans les hautes sphères en écrivant des pièces de théâtre dénonçant l’esclavagisme, critiquant le clergé et défendant les droits des femmes. Féministe de la première heure, elle assistera à la Révolution française et verra le Roi signer la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ce qui lui inspirera l’un de ses textes les plus célèbres : la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Son patriotisme la poussera à afficher des pamphlets politiques dans tout Paris, ce qui lui attirera plus d’un ennemi lorsqu’elle accusera les Montagnards de mettre en place une dictature.

olympe-de-gouges-femme-engagee-esprit-libre_0

Le seul véritable droit obtenu par les femmes après la Révolution française, réclamé par Olympe de Gouges, fut le divorce. En ce qui concerne le droit de vote, l’un de ses souhaits les plus chers, il faudra attendre 1944 pour qu’il soit enfin concédé aux femmes en France (1948 pour la Belgique).

Tout comme pour Kiki de Montparnasse des mêmes auteurs, il s’agit d’une biographie romancée mais extrêmement bien documentée. Les perruques et autres objets de mode de l’époque m’ont parfois donné du mal pour distinguer les personnages. D’autant qu’ils sont nombreux à côtoyer la belle Olympe ! Mais l’index de l’album reprend chaque personnage avec une courte biographie et s’avère donc très utile pendant la lecture. Cet album est une manière originale d’aborder ce personnage qui a longtemps été dénigré par les historiens de la Révolution. Malgré ses plus de 400 pages, l’album se lit très vite tant Olympe de Gouges est fascinante.

Catel et Bocquet, Olympe de Gouges, Casterman, 2012.

Publicités

4 réflexions sur “Olympe de Gouges de Catel et Bocquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s