Fables tome 1 : Légendes en exil de Bill Willingham et Lan Medina

859418fablestome1Imaginez un instant le Royaume des contes de fées envahit par un adversaire redoutable forçant ses habitants à quitter leurs terres pour fuir l’inévitable. Nos exilés débarquent alors à New-York où ils vont créer une petite communauté des Fables, avec ses lois et son administration, ayant pour seule règle de ne pas dévoiler leur existence aux êtres humains, les « Communs ». Voilà le projet ambitieux de Bill Willingham et Lan Medina.

Mais un événement épouvantable va s’abattre sur notre communauté : un meurtre sanglant qui laisse sa population perplexe. Le Grand Méchant Loup et Blanche Neige vont mener l’enquête.

fables-tome-1-legendes-en-exil-3Bigby Wolf s’est reconverti en shérif et héberge de temps à autre l’un des trois petits cochons sur son canapé après leurs soirées de beuverie à New-York. C’est que l’eau a coulé sous les ponts depuis qu’il a cessé d’être le Grand Méchant Loup ! La Grande Amnistie qui a succédé à l’exile a pardonné tous ses anciens péchés, Bigby est dorénavant un loup repenti. Quand Jack, celui des haricots magiques, vient lui annoncer qu’il a retrouvé l’appartement de sa petite amie, Rose Rouge, ravagé et rempli de sang, Bigby se jette corps et âme dans cette énigme.

Accompagné durant son enquête par Blanche Neige, soeur de Rose Rouge et Directrice des Opérations à Fableville, Bigby va devoir démêler le vrai du faux dans un univers où l’extraordinaire est finalement très ordinaire.

Page après page, vous vous replongerez dans les mythes et légendes de votre enfance avec La Bête, Pinocchio, Barbe Bleue ou encore le Prince Charmant. Bill Willingham et Lan Medina vont se servir de cette culture populaire, plus ou moins partagée en fonction des personnages, afin de nous prouver que le célèbre adage « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ne s’applique pas du tout à la vie réelle.

Fables_2

La seule critique que je peux formuler à l’encontre de ce premier tome est due à son format : comme souvent avec les comics, il est trop court pour permettre la mise en place des différents éléments constituants une bonne enquête. La solution arrive très rapidement en fin d’album sans que le lecteur ait pu lui-même se donner un temps de réflexion pour trouver le coupable. Mais l’énigme se tient et la lecture est agréable.

Bill Willingham et Lan Medina, Fables tome 1 : Légendes en exil, Urban Comics, 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s