Zombillénium de Arthur De Pins

113245_c zombillenium-tome-2-cover cover-10

Bienvenue à Zombillénium, le parc d’attraction pour avoir la trouille en famille ! Zombies, squelettes, fantômes, momies ou encore vampires, il y a de tout dans ce parc, sauf des êtres humais. Enfin, c’est sans compter les visiteurs venus se mesurer à leur plus grande peur l’espace d’une journée d’épouvante. Vous voilà prévenus, rentrez à vos risques et périls !

J’ai attendu de lire les trois premiers tomes avant de donner mon avis sur cette série de Arthur De Pins. J’ai toujours trouvé ce type de format trop court pour bien appréhender une histoire et j’ai souvent abandonné une série après le tome 1 parce que j’avais un goût de trop peu. Ce n’est pas du tout le cas de Zombillénium qui frappe fort dès le premier album.

L’histoire débute avec Aurélien Zahner, mort dans un accident de voiture et transformé en une créature non identifiée, mi vampire, mi loup-garou, par le directeur du parc. Qu’à cela ne tienne, la vie d’Aurélien n’était de toutes façons pas des plus brillantes. Notre jeune hybride va donc tenter, à l’aide de la jeune sorcière Gretchen, de s’intégrer au quotidien de Zombillénium. Aurélien va s’avérer être un véritable vent de fraîcheur dans ce parc en perte de vitesse car la crise n’épargne pas les morts. La jeune génération de visiteurs en veut toujours plus : plus de violence, plus d’horreur, plus d’hémoglobine. La nouvelle recrue semble la solution tant attendue pour relancer les affaires, quitte à provoquer la jalousie chez ses collègues.

zombillenium22

Entre les accidents et les histoires personnelles, la mort n’est pas de tout repos dans Zombillénium. Mais outre cette métaphore déjantée de la vie en entreprise, le parc recèle aussi sa part d’énigmes et d’atrocités. Tout le monde a ses secrets, en particulier Gretchen dont le rôle et les intentions restent un mystère. Mais surtout, quoiqu’il arrive, il ne faut pas se faire renvoyer car un contrat avec le parc implique de vendre son âme à Behemoth, le big boss. La mort peut être incroyablement douce comparée à ce qui les attend en cas de rupture de contrat.

L’univers décalé de Zombillénium est truffé de références à de grands classiques du fantastique. C’est drôle et acerbe, les personnages sont attachants et les dessins très travaillés. Seul bémol pour moi, un tome 2 qui manque un peu de rythme et ressemble plus à une pause détente entre le 1 et le 3. Du coup, je patiente pour le quatrième tome qui se fait doucement attendre afin de comprendre où Arthur De Pins veut en venir.

Arthur De Pins, Zombillénium, Dupuis, 2010 – 2011 – 2013.

Publicités

5 réflexions sur “Zombillénium de Arthur De Pins

  1. Whalzz dit :

    Je dois avouer que je ne connais que les dessins osés de Arthur de Pins, et je ne suis jamais allée chercher plus loin, mais cette série a l’air cool ! Je me laisserai peut-être davantage tenter par celle-ci que par Miss Pas Touche, à voir…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s