Kinderland de Mawil

A66310Nous sommes en 1989, à Berlin-Est, lorsque Mirco, un jeune allemand studieux et plutôt chétif, rencontre un autre élève de son collège, Torsten. Le père de Torsten a fui à l’Ouest en abandonnant femme et enfant, ce qui explique en partie son côté révolté et bagarreur. A première vue, on ne peut imaginer deux êtres aussi diamétralement opposés. Et pourtant, une passion commune va rapidement réunir ces deux pré-adolescents : le ping-pong. Très vite, ils tentent d’organiser un grand tournoi  pour fêter l’anniversaire des Pionniers (la jeunesse socialiste). Toute l’école est en effervescence, on ne parle plus que de ça.

Ce qu’ils ignorent c’est que quelques semaines plus tard, un événement va totalement chambouler le cours de l’Histoire et de leurs vies : la Chute du Mur de Berlin.

J’ai vraiment aimé parcourir les pages de Kinderland, le dessin très dynamique de Mawil (particulièrement durant les matchs de ping-pong) nous fait perdre la notion du temps et on ne s’ennuie pas une seule seconde durant les quelques 300 pages de l’album. Bien que l’histoire soit, finalement, très classique (des amitiés qui se font et se défont dans la cours de récréation), l’ombre du Mur, menaçante et invisible, plane sur l’ensemble du récit. Mais ces enfants vivants à Berlin-Est sont tellement concentrés sur leur tournoi qu’ils ne réalisent absolument pas que le monde change autour d’eux. Dans une ville où les raquettes de ping-pong et les CD de Depeche Mode sont des produits de luxe quasi inaccessibles, Mirco et Torsten resteront d’une naïveté incroyable, ce qui rend le récit vraiment très touchant. D’autant plus que Kinderland est avant tout l’histoire de la fin de leur enfance.

Mawil_Kinderland169

Au-delà de ce point de vue d’enfant très inhabituel, ce qui est aussi intéressant avec cet album ce sont toutes les anecdotes de l’époque : les camarades de classe qui disparaissent, les cours de russe, la propagande dans les écoles, la peur de la Stasi, l’animosité des professeurs envers Torsten qui refuse de faire partie des Pionniers, … Tant d’éléments qui font de Kinderland un témoignage poignant de ce que pouvait être une enfance à Berlin-Est.

Mawil, Kinderland, Gallimard, 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s